(Photo : Mouloud Zoughebi)

Née en avril 1968, Michèle Pedinielli fait sa première manif à un mois et termine son premier roman 48 ans plus tard. Entre-temps, la routine : fuir Nice à 18 ans, devenir journaliste à Paris, revenir 22 ans plus tard au bercail, choisir de ne plus avoir de patron, pointer au chômage, voir sa nouvelle récompensée au Festival Polars du Sud de Toulouse en 2015. Et décider d’écrire pour ne pas mourir sans avoir essayé.

Romans :  Boccanera, éditions de l’aube, février 2018 (Prix Lion Noir 2019), Après les chiens, éditions de l’aube, mai 2019

Nouvelle : La ballade de Sante Caserio (C’est l’anarchie ! Editions du Caïman mars 2020)

Michèle Pédinielli a publié en mars 2021 La patience de l’immortelle, aux éditions de l’Aube. L’histoire se passe en Corse.

« Letizia Paoli a été assassinée. Pour Boccanera, c’est une tragédie encore plus grande puisque cette jeune journaliste corse était la nièce de Santucci, son ancienne compagne. Pour enquêter sur ce meurtre, Diou retourne sur l’île qu’elle a quittée il y a longtemps et dont elle ne détient plus les codes. Ici, elle doit affronter les habitants qui refusent de parler, s’accommodent des coups de poing inattendus et s’occupent de ses propres souvenirs déformés. Avec seulement un vieil homme agrippant et un cerf-volant tourbillonnant sans relâche pour les guides.

Un livre qui mêle humour décapant, politique voire féminisme dont l’action se déroule en Corse du Sud. » A lire de toute urgence !