©Dwam

Louise Mey vit et travaille à Paris. Elle est l’autrice de romans noirs qui abordent les violences systémiques faites aux femmes : Les Ravagé(e)s (Fleuve Éditions, 2016), Embruns (Fleuve Éditions, 2017), Les Hordes invisibles (Fleuve Éditions, 2018).

La Deuxième Femme (JC Lattès/Le Masque, 2020), son dernier roman adulte qui traite de l’emprise, a notamment reçu le prix Sang d’Encre des lycéen·ne·s. Il  paraîtra en anglais en 2021, et est en cours d’adaptation audiovisuelle. Il  est en lice pour le prix Robin Cook 2021 du festival Polar, Vin et Compagnie de Millau.

Louise Mey écrit aussi des romans et des BD pour la jeunesse, toujours dans l’optique de pervertir les jeunes esprits avec du féminisme et de l’acceptation de soi : Kara – Coquillettes et crustacés, illustré par Isabelle Maroger (Monsieur PopCorn, 2019), Ceci est mon corps (Causette/Rageot, 2020), La Sans-Visage (L’École des Loisirs, 2020) ; Sam et le Martotal (La Ville Brûle, 2020)…

En 2016, un brin énervée qu’on lui répète que « les règles, c’est dégueulasse », elle écrit un seule-en-scène sur les menstruations, qui sera créé et joué pendant trois ans… jusqu’au Coronavirus. Là, elle a très très hâte qu’on vaccine tout le monde et que les théâtres puissent de nouveau ouvrir. Dans l’intervalle, Chattologie est devenu un livre (Chattologie – La Maison Hachette, février 2021).