© Wikipedia

Né en 1970, Hervé Jubert a été dans le désordre, chauffeur de maître, garçon boucher, batteur dans un groupe de rock garage, conducteur de cars scolaires.

Au passage du millénaire, il décide de se consacrer à l’écriture. Il suit les traces d’une enquêtrice au XIXe siècle (trilogie de Blanche), d’une sorcière dans un univers steampunk (L’Opéra du diable), d’une acrobate dans l’Exposition universelle de 1900 (Le palais des mirages), d’une voleuse de grands chemins (Vagabonde)…

En 2019, il publie Droneboy chez Syros. L’histoire d’un adolescent qui vit à proximité d’une ZAD, zone de tous les dangers. Un polar, explosif et sensible,

« Depuis deux mois, dans cette forêt du sud-ouest de la France, des zadistes luttent contre un projet de barrage qui doit ravager une zone protégée. Grâce à son drone, Paul ne perd rien de leur affrontement avec les forces de l’ordre. Mais ce contexte de guérilla est propice aux pires dérapages. La moindre image peut devenir une arme… et son auteur payer le prix fort. » Un livre passionnant.

Il s’est aussi essayé au Polar adulte à quatre mains avec Benoît Séverac (Wazhazhe et Skiatook Lake aux éditions du Passage).

L’année 2021 sera culinaire avec Fondue au noir, son quarante-et-unième roman. Il s’agit d’un polar gastronomique adolescent qui sortira chez Syros en juin : « Lola ne parle plus depuis ses dix ans, et les médecins ignorent pourquoi. Ça ne l’empêche pas de se faire très vite repérer comme le talent prometteur de sa classe de seconde pro cuisine. Les six apprentis de la brigade sont coachés par Le Bosco, une cheffe renommée et imprévisible. Quand elle leur apprend que seuls deux d’entre eux participeront à l’émission Sur le gril ! spéciale Apprentis, l’ambiance se tend. Dangereusement. »

« Les univers sans pitié de la gastronomie et de la téléréalité réunis dans un polar addictif et profond. »