Marseille 73 est un roman, disponible depuis le 10 juin.

Dans la cible, des Maghrébins, surtout des Algériens. On les tire à vue, on leur fracasse le crâne. En six mois, plus de cinquante d’entre eux ont été abattus, dont une vingtaine à Marseille, épicentre du terrorisme raciste de 1973.

Onze ans après la fin de la guerre d’Algérie, les nervis de l’OAS ont été amnistiés, beaucoup sont intégrés dans l’appareil d’État et dans la police, le Front national vient à peine d’éclore. Des revanchards appellent à plastiquer les mosquées, les bistrots, les commerces arabes, à faire peur.

La police et la justice ferment les yeux : « Il n’y a pas de racisme en France. »

Le jeune commissaire Daquin de la PJ de Marseille, et son équipe sont tenus à l’écart par la hiérarchie. Pas assez fiables. Mais sait-on jamais…